L’évocation du porridge me ramène à des souvenirs d’enfance.

De temps en temps, mon père empoignait une petite casserole, et faisait mijoter les flocons d’avoine et le lait avec une portion généreuse de cacao, ce qui fait que toute la cuisine embaumait le chocolat. Gourmande que j’étais, je me précipitais pour en réclamer une part que je saupoudrais d’une couche tout aussi généreuse de sucre, tandis que ma maman faisait invariablement la grimace devant la bouillie obtenue. Cela faisait parties des petits rituels : j’affirmais combien c’était bon, ma mère répliquait que ça avait un goût infâme et j’étais ravie de rétorquer que c’est parce que, petite, on lui servait du porridge bouilli à l’eau et que ça n’avait rien à voir. Chacune est toujours restée sur ses positions, et j’aime toujours autant le porridge – sinon plus – actuellement.

Toutefois, la recette a évolué avec le temps, à mesure que mes goûts se sont affinés.

Je reste friande du goût chocolaté qu’apporte le cacao. Mais, plutôt que du lait, je privilégie le lait de soja bio. Plutôt que du sucre, je rajoute des fruits frais – aussi car j’ai du mal à concevoir un petit déjeuner sans fruits. Éventuellement, une touche de miel si j’ai envie d’un goût sucré plus prononcé. Et, quand j’en ai sous la même, je n’hésite pas à rajouter des fruits secs variés dans la préparation.

Ingrédients

  • 4 C. bombées de flocons d’avoine (ou plus, selon les appétits)
  • 1 fruit (banane, pomme, poire… au choix)
  • Poignée de fruits secs (amandes effilées, noix de coco râpée, raisons secs, noisettes, …)
  • Lait de soja
  • Épice : vanille en poudre, cannelle et/ou cacao
  • Facultatif : 1 cc. miel ou sucre

Préparation

Dans un petit poêlon, verser les flocons d’avoine et recouvrir de lait de soja à hauteur. Rajouter les épices de son choix (certains mettent aussi une pincée de sel pour relever le goût, personnellement je trouve qu’on consomme suffisamment de sel donc j’évite cette étape). Porter le lait à ébullition douce et mélanger régulièrement, jusqu’à ce que les flocons d’avoine aient absorbés une bonne partie du liquide. Rajouter alors les fruits coupés en dés (dans le cas de la pomme, on peut commencer par la faire fondre doucement avant de rajouter les flocons d’avoine). Mélanger une dernière fois et déguster chaud ou tiède.

J’emporte souvent mon porridge au boulot pour gagner du temps (glissé dans un pot en confiture vide) et je le mange légèrement tiède. La chance d'habituer pas loin de son lieu de travail ! En refroidissant, le mélange à tendance à se compacter, il vaut donc mieux stopper la cuisson quand le mélange est encore bien crémeux dans ce cas, sans quoi le porridge risque d’être bien compact !

 

L’avantage du porridge, c’est qu’on peut en adapter la recette selon ses fonds de placard et les fruits de saison. L’inconvénient, c’est que ce n’est pas très présentable, même si on fait un effort sur les photos. Mais comme c’est bon et facile à faire, pourquoi s’arrêter à l’aspect ?

Parmi mes recettes fétiches, il y a :

  • la plus courante : lait de soja, cacao, banane (éventuellement, une pointe de miel)
  • la traditionnelle : lait de soja, cannelle, pomme et amandes effilées (si j'en ai)
  • la gourmande : lait de soja, poire, vanille en poudre, noisettes entière et/ou amandes
  • l’originale : lait de coco OU de noisette, carotte râpée maison, noix de coco (en poudre ou effilée), raisins secs et cannelle. Si ça peut paraître surprenant, son petit goût qui évoque le carrot cake est, de mon point de vue, à tomber !

 

Retour à l'accueil